Comme tous les messages de la catégorie "Trucs et astuces", le texte suivant n'a pas pour but d'être passionnant! Il n'est a priori intéressant que pour les personnes qui souhaiteraient visiter l'Ouzbékistan ou venir y vivre. Ce texte peut donc évoluer au fur et à mesure des mises à jour. Sa date pourra être modifiée pour que les lecteurs intéressés puissent évaluer à quel point les remarques suivantes sont d'actualité.


Argent

* Ne comptez pas trop sur vos cartes bancaires en Ouzbékistan car il y a très très peu d'endroits où on peut retirer de l'argent et encore moins payer avec la carte. Je ne connais qu'un seul distributeur à Tachkent (non loin du magasin Mir, métro Mustaqillik). Il en existe apparemment quelques-uns dans les 3 hauts lieux touristiques (Samarcande, Boukhara, Khiva), parfois à l'intérieur des grands hôtels. Prévoyez plutôt d'arriver en Ouzbékistan avec de l'argent liquide (en euros ou en dollars).

* Vous remplirez, en arrivant à l'aéroport, un papier indiquant la somme que vous emmenez avec vous et les éventuels objets de valeur. Il faut remplir deux papiers identiques par personne, l'un que vous remettrez aux autorités ouzbeks, l'autre pour vous. Conservez impérativement ce papier, qui vous sera demandé à votre départ (même s'il s'agit d'un départ provisoire puisque vous complèterez un autre papier à votre retour). Attention, il n'est pas accepté de repartir avec plus d'argent liquide que ce que vous aviez en arrivant! Il ne vaut mieux pas essayer de tricher car les douaniers peuvent vérifier ce que vous indiquez, que ce soit à l'arrivée ou au départ (mais à choisir, il vaut peut-être mieux tenter de dire qu'on a plus d'argent que la réalité en arrivant). Ce genre de choses est très problématique pour ceux qui s'installent en Ouzbékistan et qui partent en voyage ailleurs puisque, évidemment, ces personnes devraient revenir avec moins d'argent à la fin de leur voyage!

* IMG_86781 € = 1800 soums environ (juin 2009). Pour plus de facilité, considérez que 1000 soums valent environ 50 centimes d’Euros… ce qui correspond aux plus grosses coupures ! Prévoyez donc de gros porte-monnaie (mais vous pouvez en acheter des jolis sur place...) et habituez-vous à compter vos billets. Généralement, vous trouverez des billets de 1000, 500, 200, 100 et 50 soums, parfois de 25. Il existe aussi des pièces de 50, 25, 10, 5 et 1 soums (on n’a encore pas vu de pièce de 1 soum). Quant aux anciens « centimes » (les diyins), ils sont évidemment introuvables aujourd’hui (à part peut-être au marché aux puces?).

* Lorsque le montant de vos courses ne se terminent pas par deux zéros (généralement par 50 mais il peut y avoir d’autres cas…), le vendeur peut, au moment de vous rendre la monnaie, faire l’appoint avec des bonbons, des chewing-gums, des petites boites d’allumettes ou tout autre petit article. Certains (pas tous) vous demanderont si ça vous va et dans ce cas vous pouvez refuser (mais ils n’auront peut-être pas de billet de 50 pour vous rendre la monnaie) ou choisir un autre petit article ! Parfois vous pouvez aussi garder vos bonbons pour le réutiliser comme monnaie !

* Devant les bureaux de change on trouve parfois des particuliers, dans la rue, qui proposent un meilleur taux de change ! Trois conseils majeurs : 1) vérifiez d’abord le taux de change officiel ; 2) vérifiez qu’il n’y a pas de flics autour (sinon vous pouvez vous en tirer avec un long séjour de temps perdu au poste et la confiscation de la somme que vous vouliez changer !) ; 3) n’hésitez pas à recompter sur place, au moins un tas, pour vérifier s’il n’y a pas arnaque (en général non mais si c’est le cas, il y a de forte chance que la personne ne vous arnaque pas la fois suivante). Ceci dit, vous ne gagnerez guère que quelques milliers de soums donc cela vaut-il le coup ? A vous de juger...

Achats

* Plusieurs moyens de faire ses courses : petits supermarchés, petites boutiques, marchés (bazars) et vendeurs de rue. Il est possible (et souvent recommandé!) de marchander sur les marchés, envers les vendeurs de rue et surtout dans les magasins de souvenirs.

* Au marché, il est pratiquement impossible d’acheter par tranches de 100g de légumes ou de fruits. Ca marche au kilo, au mieux au demi-kilo. Pour des quantités moindres, se reporter généralement aux petits supermarchés, mais où c’est généralement plus cher.

* Il n’y a pas vraiment de règle pour savoir où c’est moins cher et où on peut trouver un produit spécifique. Les prix peuvent être meilleur marché dans un supermarché que dans un autre pour un produit et vice-versa pour un autre produit. Une seule règle généralement respectée : les produits frais sont moins chers sur les marchés (ou vendeurs de rue) qu’en boutique.

* Les livraisons sont parfois aléatoires donc si vous trouvez un produit qui vous plaît, il ne faut pas hésiter à sauter dessus et parfois à faire quelques provisions si le produit s’y prête !

* Vous aurez un choix plus varié (dont quelques produits plus spécifiques ou européens) dans des grands magasins comme le Mir (métro Mustakillik), le Turkvoaz (métro Buyuk Ipak Yoli et un autre vers Chorsu) ou le Korzinka (plusieurs, dont deux métro Kosmonavtlar). C'est en général plus cher... mais pas toujours (Korzinka est meilleur marché que les deux autres).

Alimentation

* Les produits sont généralement de saison et de provenance locale. Attendez-vous à un choix beaucoup plus limité en hiver (chou, pomme de terre, potiron, pomme, poire) et à payer plus cher pour certains produits non locaux (bananes notamment… qui sont pourtant nécessaires dans les phases d’adaptation digestives !).

* Poisson : à éviter fortement vu le degré de pollution des cours d’eau (sans parler de la mer d’Aral évidemment, où c'est encore plus dangereux…).

* Yaourts : la plupart des yaourts qu’on trouve ici sont plus « gélatineux » que chez nous et ont une durée de conservation étonnamment longue (apparemment ils sont bourrés d'antibiotiques). Mais il y a aussi le yaourt artisannal qui peut s'avérer très très bon.

* Chocolat : éviter le chocolat local qui n’a aucun goût (en tout cas pas vraiment un goût de chocolat !). La marque Alpen Gold est, pour l’instant, la seule digne du nom de chocolat parmi nos diverses tentatives dans les gammes de prix raisonnables (il est en effet possible de trouver des chocolats comme Lindt ou Nestlé, beaucoup plus chers, et certains Nestlé ne sont d'ailleurs pas de la même qualité que ceux vendus en Europe). On nous a conseillé le chocolat russe, kazakh ou ukrainien donc ça reste à voir. Par contre, pas de problème pour le cacao, qu’on peut trouver soit en boites industrielles dans les supermarchés soit au détail dans certains marchés et quelques boutiques (errez du côté des épices et demander « kakao »), pour moins de 5000 soums le kilo si vous négociez bien.

* Pain : à part les lipiochkas (pain rond ouzbek), leurs pains ont souvent une fâcheuse tendance à moisir rapidement ! Comptez entre 400 et 1000 soums selon la taille des lipiochkas (en général c'est plutôt 600). Les meilleures lipiochkas sont sans doute celles de Samarcande.

* Beurre : pas facile de savoir quel beurre est un vrai beurre ! Le mot russe ("masla") est d'ailleurs le même pour le beurre et l'huile et il est aussi utilisé sur les emballages de magarine. Repérez par exemple les illustrations montrant explicitement du lait pour éviter d'acheter de la margarine sans le vouloir...

* Quelques exemples de produits alimentaires qu’il est difficile voire impossible de trouver ici :

- jambon (on trouve assez facilement du porc mais pas de jambon, même pas du jambon de dinde)

- haricots verts (du moins pas du type de ceux qu’on mange en général en France)

- jus d’orange ou de pamplemousse 100% pur jus (seul le pamplemousse de la marque Bulko mérite notre attention)