Comme tous les messages de la catégorie "Trucs et astuces", le texte suivant n'a pas pour but d'être passionnant! Il n'est a priori intéressant que pour les personnes qui souhaiteraient visiter l'Ouzbékistan ou venir y vivre. Ce texte peut donc évoluer au fur et à mesure des mises à jour. Sa date pourra être modifiée pour que les lecteurs intéressés puissent évaluer à quel point les remarques suivantes sont d'actualité.


Taxi

Pas besoin d’attendre un « vrai » taxi car ils sont difficiles à repérer (pas forcément d'indication spécifique sur le toit mais un simple papier sur le pare-brise pour montrer qu'ils sont théoriquement taxis). Il suffit de se poster au bord de la route et de tendre le bras (parfois ça marche même sans lever le bras !) et il y aura toujours des voitures qui s’arrêteront (même ceux qui n'ont pas le "papier" sur le pare-brise). A vous, ensuite, de préciser votre destination et de négocier le prix à l’avance. On se déplace n'importe où dans Tachkent pour 1000 à 5000 soums selon le trajet (la plupart du temps c'est même entre 1500 et 3000).


Marchroutnoïe (minibus)

L'une des meilleures façon de voyager en Ouzbékistan, ce sont les marchroutnoïe (au singulier marchroutka), c'est-à-dire des minibus (ou taxis collectifs, ça dépend du point de vue!) où il est garanti d'avoir une place assise et bon marché. Il y en a partout et chacun indique les deux terminus reliés (et souvent un numéro de ligne). Tout comme les taxis, on peut leur faire signe pour qu'ils s'arrêtent, ou alors il faut trouver leur terminus.

Voilà quelques marchroutnoïe intéressants (liste à compléter):

* à Tachkent :
- 55 depuis Maxime Gorki (Buyuk Ipak Yoli), en direction de Quyluk (marché) et en passant par le marché aux puces de Tizi Kofka (ou Yangui Abad)
- 550 depuis Maxime Gorki (Buyuk Ipak Yoli), en direction de Gazalkent, d'où on peut ensuite rejoindre la station de ski de Tchimgan

* à Samarcande :
- 78 entre la gare et le Reghistan (en passant près du Gour Emir aussi)

* à Boukhara :
- 68 entre la gare et la vieille ville (côté Liab-i Khaouz)

* à Termez :
- 11 entre la route qui passe devant l'aéroport et le centre
- 16 entre le centre (il passe notamment devant l'hôtel Surkhan) et la gare routière


Métro (Tachkent)

Il n’existe que trois lignes dont une (la verte) qui n’est pas entièrement finie. On ne trouve pas toujours de plan à l'intérieur des stations de métro mais plus régulièrement dans les rames. Comme le réseau n'est pas très compliqué, il suffit généralement de mémoriser votre trajet ou d'imprimer un plan depuis internet (ou photographier le plan quand vous en voyez un mais attention, il est interdit de prendre des photos à l'intérieur du métro!). A part ça, les stations sont relativement jolies et propres et les rames sont correctes et relativement régulières (toutes les 6 à 12 minutes selon les heures de la journée). Prenez un jeton aux guichets pour 400 soums (prix de mai 2009).


Tramway (Tachkent)

Il y a un grand nombre de lignes… mais pas moyen de trouver un plan ! Bon courage, donc. C'est un moyen de transport plutôt lent mais c’est sympa et pittoresque ! Montez et un contrôleur passera vous vendre le billet (même prix que le métro). Vous devrez payer à nouveau si vous changez de ligne.

On peut seulement conseiller la ligne 13, qui passe par certains points stratégiques ou utiles : la gare ferroviaire (et accessoirement le musée des chemins de fer), l'ambassade de France (s'arrêter à côté du bâtiment de la société O'zbekneftgaz, bien repérable avec ses grandes vitres) , l'ambassade d'Iran, ou encore Buyuk Ipak Yoli (terminus d'une ligne de métro et quartier de l'école française et de "nombreux" résidents étrangers).


Train

Il existe des liaisons entre Tachkent et les grandes villes comme Samarcande, Boukhara, Ourguentch et Noukous, et même avec l'étranger (Almaty ou Moscou par exemple), mais elles ne sont pas toutes quotidiennes donc se renseigner à l’avance… Attention obtenir des renseignements n’est pas toujours une mince affaire, même si on maîtrise la langue ! Et les prix peuvent varier d’un jour à l’autre pour un même trajet, pas forcément à la hausse.

La gare est accessible par métro et par tramway.


Avion

* Vols intérieurs : il existe de nombreux vols Uzbekistan Airways au sein du pays entre Tachkent et les grandes villes (Samarcande, Boukhara, Ourguentch, Noukous, Termez…) mais il convient de souligner qu'il y a régulièrement des annulations de dernière minute...

* Vols internationaux : comme pour le train, il est parfois très difficile de se renseigner car les informations diffèrent selon les agences de tourisme et selon les jours ! Par exemple, lorsque nous avions voulu préparer un voyage pour Bangkok trois mois à l’avance (que nous n'avons finalement pas fait d'ailleurs...), une agence nous avait dit que les réservations n’étaient pas encore ouvertes et une autre qu’il ne restait déjà plus que des places en classe business !!! D’après certains échos, ils sont aussi capables de vous dire qu’un vol est annulé (ou qu’il n’existe pas) alors que le vol est bel et bien maintenu ! A l’instant où j’écris, il semble qu’il est donc préférable de trouver ses billets soi-même sur internet (soit sur des sites comme Easy Travel ou Last Minute, soit directement sur les sites des compagnies aériennes).

* Compagnies aériennes depuis/vers Tachkent :
- très satisfaits de Turkish Airways avec lesquels nous avons voyagé pour l’aller Lyon-Istanbul-Tachkent. Le service est impeccable, le repas est tout à fait correct… et leurs cache-œils sont les plus épais (donc les plus efficaces) qu’on connaisse ! Seuls bémols : le petit écran individuel n’est pas toujours de bonne qualité (et pas de possibilité de commencer un film quand on le souhaite) et l’escale à Istanbul peut être relativement longue.

- nous avons expérimenté Uzbekistan Airlines pour aller à Koweit et en Inde et on a eu un bilan mitigé d'un point de vue de l'avion lui-même (en général un peu vieillot) et de la nourriture (généralement très grasse). Le service, par contre, était de bonne qualité. Pour les liaisons intérieures, à part les hôtesses, c'est un cran au-dessous...


Véhicule individuel

* Si vous arrivez à la frontière avec votre propre véhicule, il vous sera demandé (d'après ce qu'on nous a dit) de payer une taxe dont la valeur sera celle de votre véhicule ! Prévoyez donc de trouver un moyen de faire sous-évaluer votre véhicule avant de partir. Il semble toutefois possible (d'après ce que m'a dit un voyageur australien qui traversait le pays) de ne rien payer en créant une sorte de "passeport de voiture" (je ne connais pas le terme exact) qui vous engage à repartir du pays avec votre véhicule (se renseigner auprès des autorités de votre pays).

* Acheter un véhicule directement en Ouzbékistan est possible mais pas chose aisée! J'en dirai plus dès que j'en saurai plus... si j'en sais plus un jour! En tout cas il existe un marché aux voitures à Tachkent, y faire un tour vaut le coup même si on n'a pas l'intention d'acheter un véhicule !


Piétons

 

Pour traverser, attention ! Vous pouvez a priori traverser n’importe où, même en dehors des passages piétons mais il faut parfois bien calculer son coup. C’est peut-être encore plus dur aux passages piétons parce que les voitures sont juste à côté et on ne sait pas toujours à quel moment le feu piéton va passer au rouge (un indice tout de même : le feu pour les véhicules passe au orange avant de passer au vert… et les moteurs commencent déjà à ronfler). Ceci dit, même si c'est impressionnant, le danger est limité (et il y a des pays bien pires que l'Ouzbékistan pour ça!) et les conducteurs ne feront que vous klaxonner et éventuellement râler à cause de votre présence sur la chaussée! Aux grands carrefours de Tachkent, il y a aussi les passages souterrains (et entrées de métro), très pratiques et beaucoup plus salubres qu’en France.


Orientation (Tachkent)

S'orienter dans Tachkent n'est pas chose aisée pour quatre raisons majeures :

- Tous les quartiers se ressemblent plus ou moins avec leur architecture soviétique et leurs grandes avenues...

- C'est assez labyrinthique lorsqu'on s'engage dans les allées entre les immeubles ! (encore pire pour la vieille ville et ses culs-de-sac)

- Les noms de rue sont rarement affichées... et quand ils le sont, ce n'est pas toujours aux croisements donc il faut s'engager dans la rue avant de comprendre au bout de 20 mètres qu'on n'a pas pris la bonne rue !

- Il existe parfois deux noms aux rues, places ou quartiers (l'un datant de l'époque soviétique, l'autre plus récent, ouzbek) et les deux sont utilisés même si le nouveau nom est le seul affiché. Par exemple Buyuk Ipak Yoli est parfois plus connu sous le nom de Maxime Gorki, le marché aux puces Yangui Yabat sous le nom de Tizi Kofka, etc. Et il y a aussi quelques surnoms, notamment la rue Saligokh (dans le centre) que l'on appelle... Broadway !